News

La totalité des 12’000 photos prises par les chercheurs de l’Université du Queensland à Brisbane lors de leur mission à bord de Fleur de Passion en mai 2017 entre Townsville et Cooktown est désormais accessible sur https://doi.pangaea.de/10.1594/PANGAEA.877578. L’équipe du Remote Sensing Research Center (RSRC) du Dr Chris Roelfsema vient en effet de terminer la compilation de ces clichés réalisés sur 17 récifs coralliens lors de 59 transects sur une distance cumulée de 40 km dans la partie nord de la Grande Barrière, la plus touchée par les récents épisodes de blanchissement des coraux des au réchauffement climatique. Ces milliers de clichés vont permettre de finaliser le projet de cartographie de la Grande Barrière de corail auquel The Ocean Mapping Expedition aura pris part et impliquant plusieurs autres institutions australiennes.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les photos récoltées sont plutôt déprimantes par l’affligeant spectacle qu’elles offrent. De-ci-delà, sur de rares récifs, quelques tâches de couleur bleu, rose, vert subsistent et donnent encore l’idée de ce qu’était la Grande Barrière de corail dans son foisonnement de formes et de teintes. Mais dans l’ensemble, elles illustrent la réalité dramatique de ce qu’est en train de devenir « sous nous nos yeux » cet écosystème d’importance pourtant vital pour des milliers d’organismes marins, en particulier dans sa partie nord.

Sur beaucoup de clichés (voir sélection ci-dessous), on peut observer à quoi renvoie concrètement le phénomène de blanchissement dû au réchauffement climatique. Et sur beaucoup d’autres également, de lugubres champs de coraux morts se donnent à voir, annonciateurs de ce qui attend l’entier de la Grande Barrière et toutes les régions coralliennes dans le monde dès lors que la température de l’eau n’aura pas diminué.

Le 3 juillet 2017 en Papouasie-Nouvelle Guinée, nous avons effectué notre premier échantillonnage d’eau de surface depuis le départ de Cairns dans le cadre du programme Micromégas sur la pollution micro-plastiques, en partenariat avec l’association genevoise Oceaneye. Ce premier prélèvement avait une saveur toute particulière dont nous n’étions pas peu fiers car c’était aussi le 100ème effectué depuis le départ de The Ocean Mapping Expédition de Séville, en avril 2015.
Aussi, avant de le conditionner selon la procédure habituelle, nous avons observé son contenu avec une certaine excitation vu les circonstances. Et malheureusement, ce 100ème prélèvements comme tous les précédents contenait lui aussi des particules de plastique, certes pas nombreuses mais tout de même… 
La première équipe du Remote Sensing Research Center de UQ, l’Université du Queensland à Brisbane, a embarqué lundi 24 avril à Townsville et entrepris dans la foulée sa mission de cartographie de la Grande Barrière de corail. Profitant de conditions météo et de mer particulièrement idéales cette semaine, Chris et Peran ont mené leurs premiers transects photo sur les massifs coralliens sélectionnés dans le cadre de ce vaste projet soutenu par la Great Barrier Reef Foundation et impliquant plusieurs autres institutions scientifiques australiennes dont l’Australian Institute of Marine Science (AIMS) et l’Université James Cook, visités le weekend précédant lors de cette même escale à Townsville (cliquez pour lire la News).

Ces conditions favorables ont aussi été l’occasion de procéder à de premières images depuis le ciel grâce au drone mis en oeuvre par le média-man du bord, Gabriel, visiblement ravi de s’en donner à coeur joie.

Deux autres équipes de UQ prendront le relai d’ici à la fin mai et le terme de cette mission d’un mois sur une vingtaines de massifs coralliens entre Townsville et Cooktown.

Pour retrouver plus de détails sur la mission spécifique de cartographie de la Grande Barrière de corail menée en partenariat avec le RSRC-UQ: lire la news dédiée ou écouter l’émission CQFD sur la Radio suisse romande.