news

La dessinatrice genevoise sera l’une des participantes à l’exposition « La fabrique du monde », au Forum Meyrin du 5 octobre 2018 au 2 février 2019. L’événement regroupe une vingtaine d’artistes internationaux invités à « s’approprier la cartographie » et à proposer des « cartes uniques, sensibles ou virtuelles » sous forme de dessins, gravures, illustrations, installations, peintures, photographies et vidéos.

« D’un geste, les artistes tissent des récits composites et fabriquent des mondes. S’ouvrent ainsi aux visiteurs des espaces cartographiés, poétiques, ludiques et critiques, ouverts à toutes les lectures et interprétations, des plus intimes aux plus globales », dit encore la brochure de présentation. Avec Mirjana, les visiteurs seront servis…

Celle-ci a en effet réalisé pour l’occasion des aquarelles tout droit inspirées de son séjour à bord de Fleur de Passion en novembre 2017 dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition. Elle avait navigué jusqu’aux Moluques, en Indonésie, les fameuses « îles aux épices » objet de la quête de Magellan; et découvert avec étonnement et stupéfaction l’extraordinaire richesse sous-marine de cette région du monde.

En avant-première, Mirjana Farkas a accepté de lever un coin de voile sur son travail… Merci à elle!

Et pour plus d’informations pratiques: http://meyrinculture.ch/evenement/la-fabrique-du-monde

Voici comme promis une deuxième livraison de dessins réalisés par la dessinatrice genevoise à bord de Fleur de Passion le long des côtes de Madagascar, en juillet 2018. Etonnant!

De retour du bord, la dessinatrice genevoise livre quelques premières illustrations de son voyage le long des côtes nord de Madagascar, début juillet 2018 dans le cadre du programme culturel « Dans le miroir de Magellan ». Ainsi que quelques notes notes prises sur le vif.
« Je rejoins l’équipage de Fleur avec un carnet de petite taille et un choix de matériel – allant des crayons à l’aquarelle, en passant par divers feutres noirs. J’arrive sans projet fixé d’avance, sinon l’envie d’exprimer sous la forme du carnet un certain témoignage de l’expérience partagée. Ainsi, je me laisse porter par l’inspiration suscitée par la rencontre avec les divers archipels auxquels Fleur nous mène : je travaille à même le sol, en dessinant rapidement d’une main, tout en retenant de l’autre la page d’en face qui bat à cause du vent. Je m’imprègne au maximum des ambiances nocturnes et des fonds océaniques puis les retranscris ensuite de tête. 
Bien que j’aie essentiellement composé le carnet de paysages qui m’ont fascinée, je reviens profondément touchée par les rencontres humaines amenées par cette expérience. 
Un immense merci à tous ! Amélie » 
A noter que l’un de ses carnets est visible et même consultable jusqu’au 26 août dans le cadre de l’exposition Carnets, à la Halle Nord à Genève.